Conditions d'entrées - Info-Fin

Aller au contenu
Split-Shares

Quand acheter un Split-Share

Avant de dire quand acheter un Split-Share, je vais vous dire quand ne pas acheter.

Conditions pour ne pas acheter un Split-Share
  • Comme on le sait, les investisseurs achètent un Split-Share pour ses dividendes, donc si un fonds a un NAV inférieur à 15,01$ et qu’il n’a pas atteint son creux, on n’achète pas, car il y a encore des corrections à venir.
  • Si un Split-Share est en baisse depuis un certain temps et que son NAV atteint son stop arbitraire que j’ai fixé à 15,30$ (voir les images rotatives sur la page d'accueil) on n’en achète pas et si l'on en a en main, on les vend.

Conditions pour acheter un Split-Share
En temps normal, on peut acheter un Split-Share si son NAV est relativement élevé comme plus grand que 16,00$.  Le fonds devrait osciller autour de son prix moyen.  Oui, on achète le titre pour recevoir les dividendes.  Le gain en capital sera négligeable, mais un dividende autour de 15% sera très intéressant à recevoir.

Occasion rare pour faire de bons gains en capital

Lorsque le NAV est inférieur à 15,01$, il n’y a plus de distribution de dividende et le titre va se mettre à baisser.  Parfois, cette chute est de courte durée, soit un seul mois avant que le NAV ne remonte au-dessus des 15,01$.  Ce qui est rare, mais ça arrive.  Dans ces cas, il est un peu plus difficile de détecter le creux.  Mais si l’on suit bien les règles expliquées ci-après, on peut faire des gains intéressants.

Le plus souvent, lorsqu’il va y avoir un arrêt des paiements de dividendes, ça peut durer plusieurs mois et parfois un peu plus d’un an.  Mais la période d’attente en vaut la peine.

Pour mieux comprendre, j’ai mis le graphique de DF dont la baisse a duré de nombreux mois.  On a besoin de trois conditions simultanées pour avoir un signal d’achat. Référez-vous à ce graphique pour comprendre les explications suivantes.

Graphique de DF du 2018-12-28
  

  • On affiche le graphique en mode ligne
  • On trace sur les points hauts une ligne jaune de tendance baissière.  Idéalement, on aimerait voir cette ligne s’appuyer sur au moins trois sommets.  Avec le temps qui passe, et les baisses qui continuent, on peut avoir à repositionner cette ligne sur d’autres sommets qui viendrait à changer l’angle de cette ligne.
  • On trace une ligne de résistance jaune, où une ligne horizontale qui viendrait s’appuyer sur deux ou trois points bas.  Dans l’exemple illustré, la chute de décembre 2018 m’a forcé à tracer une nouvelle ligne où il n’y a qu’un seul point d’appui.

La jonction de ces deux lignes jaunes forme un triangle ouvert.

Mes trois conditions pour acheter ce titre après son creux sont:
  • Que le prix traverse à la hausse la ligne de tendance baissière
  • Que le haut d’aujourd’hui par rapport à la fermeture d’hier soit plus grand que 8%, il a été de 21,53% (le bar graph turquoise).
  • Que le volume soit plus grand que sa moyenne des 50 derniers jours (ligne blanche sur le volume).

Le 27 décembre, lors d'un courriel, je m'interrogeais sur l’imminence d'un signal d'entrée où DF aurait atteint son creux.  Et je disais de se préparer au cas où.

Ces trois conditions sont arrivées le lendemain, soit le 28 décembre, jour où j’ai dessiné la ligne orange.

La ligne horizontale turquoise indique mon prix d’achat, soit 3,02$.  Le pourcentage sur le côté droit indique la variation par rapport à la ligne turquoise.

 Graphique de DF en date du 2019-01-21
 

Éventuellement, il va atteindre les 8,00$ où il a tendance à se maintenir, mais ça pourrait prendre 18 à 24 mois, mais il devrait atteindre les 6,00$ assez rapidement.  

Mais ce qu’il y a d’intéressant, c’est lorsque son NAV sera supérieur à 15,00$, il va recommencer à donner un dividende qui est fixé à 1,20$ et payé mensuellement à raison de 0,10$ par mois.  Au prix que je l’ai payé, ça représente un taux annuel de 40% et mon achat est inscrit dans un DRIP auprès de Questrade, ce qui va faire de l’intérêt composé.



Retourner au contenu