La magie de l'intérêt composé - Info-Fin

Aller au contenu
Split-Shares
La magie de l’intérêt composé

Tout le monde a une idée de ce qu’est l’intérêt composé, mais peu l’ont exprimé en chiffre ou l’ont visualisé.  Sur une certaine période, les rendements peuvent devenir exubérants et dépassent l’entendement. Sur Internet, on retrouve toute sorte de super-qualificatifs pour en parler.

Il y a bien sûr la petite formule magique où l’on divise 72 par le pourcentage de l’intérêt et ça nous donne une valeur approximative du temps requis pour doubler notre investissement, mais on ne perçoit pas l’ampleur de la courbe exponentielle.

Comment faire de l’intérêt composé avec un Split-Share
La façon la plus simple est d’inscrire auprès de notre courtier nos titres à dividendes dans un Plan de Réinvestissement des Dividendes, PRD, ou mieux connu par son sigle anglais, DRIP, Dividend Reinvestment Plan.  Avec ce programme, dès que le courtier reçoit des dividendes, il achète un nombre entier de parts selon le prix du marché, et ce sans frais.

Normalement, un DRIP est géré par les compagnies telles que les banques ou les compagnies d’assurance. Eux, ils achètent des parts à même leur trésorerie, et ce en millième de part.

Dans le cas des Split-Share, ces Fonds n’ont pas de programme de DRIP.  Mais certains courtiers comme Quadravest, si l’on s’est inscrit à un programme de DRIP, vont agir comme s’il y en avait un et achètent des parts sans frais à chaque versement de dividende.  Il est à noter qu’ils achètent uniquement des parts entières, le reste de l’argent demeure dans votre compte.

Une différence énorme sur le rendement
Avec les Split-Share, chaque mois le nombre de parts que nous possédons va augmenter et par le fait même, le mois suivant, le dividende en argent va augmenter.  Si l’on trace une courbe du rendement, on verra une courbe exponentielle.  Au début, ça commence lentement, puis avec le temps la courbe devient de plus en plus à la verticale.  Donc, avec le temps ça devient magique.

Voici un exemple où les critères sont les suivants
Achat du Fond Split-Share DF de Quadravest, où son dividende a été restauré le 15 avril 2019.  Si on l’avait acheté à 5,41$, soit au prix de fermeture du 17 avril, date où le NAV a été publié, le 1,20$ de dividende annuel donnerait un taux de rendement de 22,18%, soit de 1,848% mensuel.

Pour cet exemple, on va supposer certaines conditions.

Montant investit : 10 000$, on assume que le NAV sera toujours supérieur à 15,00$. Que l’évolution du rendement sera toujours en relation avec le prix payé, soit 5,41$. Voir plus bas la différence entre la théorie et la pratique.

Le graphique qui suit couvre une période de 16 ans afin de mieux voir l’effet exponentiel de la courbe.
  

La ligne bleue représente un placement à taux simple, alors que la ligne orange représente l’évolution du même placement à intérêt composé ou un placement dans un DRIP.

En chiffre, ça veut dire que si l’on avait juste gardé le dividende en liquide, on aurait au bout de 16 ans 45 490$ alors qu’avec l’intérêt composé, on aurait 336 691$, on aurait augmenté notre rendement de 740%.

Encore plus impressionnant avec le Split-Share DF
Le signal d’achat de DF est survenu le 28 décembre 2018.  Au moment où le signal est devenu effectif, le prix de DF était à 3,02$. Il ne payait pas de dividende, car son NAV était inférieur à 15,01$.  Mais c’était une chance unique de faire un fort gain en capital.  Au prix de 15,51$ en date du 22 avril 2019, le gain a été de 82,53% depuis le signal d’achat.  Mais ce n’est pas tout, car le titre va finir par atteindre sa valeur normale de 8,00$, hors, un gain en capital encore plus impressionnant.

Le dividende de 1,20$ qui recommencera à être payé le 10 mai prochain donnera un rendement de 40%. Impossible d’avoir mieux.

Différence entre la théorie et la pratique
Les exemples précédents ont pour prémices que le prix d’achat reste le même au cours des années.  Ceci serait valide pour un dépôt à terme à intérêt composé.  Mais pour un titre inscrit à un DRIP, le résultat net serait différent.

Chaque mois où le dividende sera versé, le coût du titre variera, ce qui est impossible à prévoir dans une simulation.  Donc, à chaque achat de nouveaux titres, le prix moyen de votre placement va varier, parfois à la hausse et parfois à la baisse.  Le rendement va légèrement varier chaque mois.

Par contre, ce qui demeure vrai, est le rendement sur la partie originale qui sera toujours celui calculé lors de l'acquisition, car le prix d’achat sur cette quantité ne changera pas.

Le but de cet exercice était de vous faire prendre conscience de la grande portée de l’investissement dans un DRIP pour multiplier énormément la rentabilité.  

Avez-vous le moyen de laisser des dizaines de milliers de dollars sur la table ?

Qui fait du DRIP avec un titre qui n’en fait pas
À ma connaissance, je n’en connais qu’un seul et c’est Questrade.  Cette compagnie de Toronto se classe depuis plusieurs années comme la meilleure firme de courtage en ligne au Canada.  C’est grâce à elle que l’on paie des frais de courtage aussi faible et que l’on peut acheter des FNB sans frais.  Si l’on maintient un minimum de 5000$ dans notre compte, il n’y a pas de frais. Sa plateforme de négociation, IQ Edge qui roule sur un PC est probablement une des meilleures sur le marché avec de grandes flexibilités.

L’ouverture de compte se fait en ligne avec signature électronique.  Il y a un formulaire pour indiquer si l’on désire que les titres à dividendes soient inscrits à un DRIP.  Il n’y a aucuns frais de gestion pour des comptes enregistrés comme un REER ou un CELI (TFSA).

Un reproche que je leur fais est d’avoir un minimum de service en français.

Le lien suivant de Bourse101 a analysé Questrade

Voici le lien pour accéder à Questrade

Retourner au contenu